Satire et caricature

Un aspect essentiel de l’œuvre de Grandville est son travail de caricaturiste et dessinateur satirique, de 1830 à 1835. Il participe à des journaux d’opposition comme La Caricature et Charivari, et se voit couronné en 1832 du titre de « roi de la caricature ». Pendant 5 ans, malgré les innombrables tentatives d’intimidation, les procès, les saisies, il se déchaîne contre le régime de Louis-Philippe, « déjou[ant] la censure par un art du symbole et de l’allusion, de la métaphore et de l’allégorie » (Annie Renonciat, J.J. Grandville, éd. Delpire, pp.7-8).

Grandville (2)

 

 

 

 

 

Mais en 1835, à la suite d’un attentat manqué contre Louis-Philippe, les dessinateurs de presse sont accusés d’avoir « armé le bras des terroristes »! Des lois destinées à museler la presse sont instituées, Grandville est interdit de tout dessin satirique, les journaux où il travaille sont fermés, son atelier de Saint-Mandé est fouillé et saccagé par la police.

Ani2

 

 

 

 

 

Autoportrait de Grandville assailli par « les mouches policières », 1835 (remarquez l’ombre diabolique du petit policier sous la fenêtre !)


Lire la suite ⇒ Humour et fantastique